La Savinière, notre patrimoine

C'est en 1932 que René Legros, maire de Savigny-sur-Orge, lançait cette idée innovante : créer à La Tranche-sur-Mer, une colonie de vacances pour les enfants des familles modestes de la Ville. Depuis, des générations de Saviniens ont profité de ce service public, de cet outil vital pour des missions tant sociales qu’éducatives assurées par la commune. Les enseignants et les animateurs perdent un moyen pédagogique de grande qualité. En effet, suivre un cours animé par un enseignant qui explique les mouvements de la marée et ses causes face à l’océan est autre chose que de regarder un livre. Chaque année, ce sont plus de 60 classes et près de 400 enfants qui étaient reçus par la Savinière.

 

La Savinière, notre patrimoine bradé

  • France-Domaine avait évalué le bien à 777 000 Euros HT prix net vendeur, le 01/06/2015 ;
  • La première vente aux enchères ayant échoué avec la mise à prix à 408 000 Euros ;
  • Le site a été finalement vendu lors d’une seconde vente aux enchères ce 26 juin 2018 pour 385 000 Euros, dont seulement quelques 300 000 Euros reviendront à la Ville.
  • L’acquéreur est la Sas Stevalis, un fonds d’investissement spécialisé dans l’immobilier, qui était le seul acquéreur pour la première enchère : il a su faire baisser le prix !
  • C’est un énorme gâchis financier : 300 000 Euros pour 3 hectares de terrain boisé, salles de classes, dortoirs proposant 140 lits et réfectoires collectifs, de plus la Ville avait régulièrement investi dont récemment 1,5 M€ pour la réfection complète des cuisines.

 

La Savinière : notre patrimoine mal géré

  • La majorité de droite qui gère la Ville depuis 1983 nous a donné des leçons de « bon sens » lors de la campagne municipale 2014, le maire actuel, Eric Mehlhorn, qui faisait déjà partie de la majorité précédente, présidait alors la commission des Affaires générales de la commune.
  • Toutefois, il a fallu les audits de la Chambre Régionale des Comptes et du cabinet Franck Piffault en 2014 pour découvrir un déficit important généré par ce centre. Nous n’avons d’ailleurs au final jamais disposé des données précises et vérifiables par tous dudit déficit.
  • La Savinière disposait d’un personnel permanent sous-employé du fait notamment de la saisonnalité de son activité ;
  • Des activités de service auraient pu être sous-traitées ;
  • Les tarifs pratiqués aux enfants des autres communes étaient inférieurs au prix facturés aux enfants saviniens.
  • La commune qui gèrait un budget de près de 53 M€ en 2014 ne disposait pas de comptabilité de gestion ou analytique pour suivre les coûts des différents services ;
  • Les évolutions réglementaires n’ont pas fait l’objet d’une veille pour anticiper les travaux nécessaires et prévoir les budgets nécessaires.

 

 

L’arrêt des activités de la Savinière : Une décision prise sans débat démocratique et non fondée économiquement

 

Le vote du budget primitif 2015 a été annulé depuis par le jugement du tribunal administratif de Versailles, à la suite de notre recours.

 

La décision d’arrêter les activités de la Savinière a été prise par deux personnes Le Maire et son adjoint aux finances de l’époque, M. J. Pataut, qui a démissionné depuis.

C’est par la presse, l’avant-veille de la réunion du Conseil municipal que tous les Saviniens et les conseillers municipaux, y compris ceux de la majorité d’Eric Mehlhorn, ont appris que dans le cadre d’un plan d’économies annoncé de 3,2 M€ que le service public de la Savinière allait être fermé.

Lors du Conseil, pas de données précises pour fonder la décision, pas de véritable débat démocratique possible et encore moins pas de prise en considération de l’avis des Saviniens venus nombreux pour protester !

Nous avons proposé des solutions pour éviter la suppression de services publics en 2015 :

  • réduire le déficit de la Savinière par l’optimisation du collectif de travail en fonction des réalités du fonctionnement du site et notamment la saisonnalité ;
  • augmenter le taux de fréquentation ;
  • réviser les prix en particulier pour les autres communes utilisatrices ;
  • entendre le personnel du centre de la Savinière qui a fait des propositions d’économies restées sans réponse de la part du Maire ;
  • réduire les transferts de la section de fonctionnement à la section d’investissement en sollicitant un peu plus l’emprunt à l’heure où les taux d’intérêt sont historiquement bas.
  • intégrer le résultat 2014 au budget primitif 2015 : le Maire a refusé de communiquer le montant de ce résultat qui s’est révélé être de 1,5 M€, l’intégration de ce résultat budget primitif 2015 aurait permis de se donner le temps de trouver les bonnes solutions pour sauver la Savinière.

Une décision non fondée donc et qui, de plus, n’a pas permis les économies espérées du fait des coûts sociaux générés par le reclassement des personnels, une rentrée d’argent annoncée de la vente de la Savinière qui n’a eu lieu que maintenant et pour un montant inférieur de plus de moitié à ce qui était annoncé et correspondant à peine à 20% des travaux de la dernière réfection de la cuisine.

Les économies attendues pour 2015 ont été moindres et en 2016 le Maire a pris alors, la décision d’augmenter l’impôt foncier et la taxe d’habitation !

Que d’improvisation, de décisions de court terme sans perspective et de promesses électorales non tenues !

La demande de notre groupe et particulièrement de Jacques Senicourt pour que notre commune dispose d’une comptabilité analytique n’a toujours pas été suivie d’effet. Dans ces conditions, il est possible qu’un autre « centre de couts » grève les comptes de la Ville sans qu’il soit possible de l’identifier, les outils habituels de suivi comme les ratios ne se font qu’à grosse maille ou simplement en comparant plusieurs exercices.

Cette décision de hausse des impôts a été prise alors que le Maire avait assuré le contraire durant la campagne abusant ainsi les Saviniens. Et c’est bien là le problème, les Saviniens se sont exprimés sur un programme électoral n’évoquant ni l’un ni l’autre. Dans ces conditions, leur consultation était nécessaire sur la question de l’avenir de la Savinière, c’est une question simple de démocratie, celle-ci est bien absente à Savigny dans ce domaine comme dans d’autres.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir